En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » prix des carburants automobiles
 
 

Bibliothèque

Bibliothèque des Chimpanzés du présent
Pourquoi singer artificiellement l'intelligence ?
Singer non. S'insurger oui.

Energie

Les énergies renouvelables n'existent que dans l'esprit de ceux qui "oublient" les ressources et l'énergie fossiles pour l'extraction, la maintenance, nécessaire à la fabrication, au transport, à l'installation, à l'entretien, au démontage, au recyclage, au remplacement des matériels. Car la dématérialisation est, elle aussi, une illusion totale et grossière... Et même les destructions lors de la construction d'un barrage hydro-électrique, les conséquences de sa mise en service, le coût de sa maintenance ont un prix, financier, énergétique, mortifère, qui ne peut ni justifier ni fournir "durablement" l'alimentation de nos écrans et de nos frigos...

Santé

Résister au Progrès

 ↑  

Innovation

 ↑  

Rubriques du Blog

Déplier Fermer Résistance

Déplier Fermer Langue

Déplier Fermer L'homme diminué

Déplier Fermer Ce site

 ↑  

Nouvelles des Amis

Connexion & Préférences


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  39582 visiteurs
  4 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 8 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
 ↑  

Nous contacter

prix des carburants automobiles

L'âge des Low-Techs, Philippe Bihouix 2014 page 60 :

"Certes, les prix de l'essence et du diesel augmentent, mais franchement, pas tellement plus que tout le reste : les loyers, l'immobilier, la baguette, ou le café au comptoir - surtout depuis le passage à l'euro, non ? Et si l'on compare l'évolution depuis les années 1970 du salaire horaire minimal et du prix au litre d'essence, clairement, le carburant est de nos jours nettement moins cher : il faut travailler moins longtemps pour faire le plein de sa voiture, et en plus celle-ci consomme moins - par contre l'évolution urbaine, et les habitudes nous font faire plus de kilomètres."

Pollution (bruit, odeur), consommation

Ça ne résout pas le problème ; les colibris sont bien gentils, mais chacun sa part ça ne suffira pas. Cela dit, essayer d'ouvrir les yeux, se regarder gaspiller, et décider de ménager son environnement immédiat, pourquoi s'en priver ?

Alors qu'en cette fin de l'année 2018, les gilets jaunes laissent tourner leur moteur à l'arrêt tout en réclamant un carburant moins cher, depuis des années, j'économise un plein tous les 5000 km en coupant mon moteur quand ma voiture est à l'arrêt. Et comme j'ai une conduite "souple et apaisée", pas de 4X4, comme une gilet-jaune célèbre, ma consommation moyenne ne se situe pas dans les extrêmes de mon entourage (2018 : Lodgy 115 ch essence : en ville : 7,5 l, sur route 5,2 l.)

Autre détail de taille, moins on roule vite, moins on freine, et donc moins on émet de particules fines de pneus et de freins. Et moins on parcourt de kilomètres aussi.

A l'arrêt, le silence est très agréable, mais allez faire comprendre ça avec l'habitude profondément ancrée de la douce musique du moteur diesel...
A l'arrêt, je ne respire pas mes gaz d'échappement, ni mes enfants, ni les gens autour de ma voiture (les piétons, les cyclistes, les enfants dans les poussettes.)

Et que dire du cas extrêmement fréquent de ces automobilistes à l'arrêt, penchés sur leur écran, moteur tournant (- il fait chaud, j'ai mis la clim, - il fait froid, j'ai le chauffage, - ou plus simplement : bof...) Et notamment les véhicules municipaux, qui tournent tous au ralenti à l'arrêt sans autre raison que l'incpnscience des limites, de la pollution, quais-invisible. Dans ces villes où les maires sont plus verts que la chlorophylle, et eux aussi laissent tourner, comme la police, les pompiers... N'oublions les autobus et les autocars.  Pour ces derniers, on sait que certaines sociétés essaient de réagir. Mais en recourant à des mouchards électroniques. Pourtant en relevant les distances et les consommations moyennes, on peut définir un volume à ne pas dépasser...  Bref, rares sont ceux que ça intéresse la question gaspillage !

Bien sûr, les arguments faux sont brandis instantanément :

1 ."Le démarreur rend l'âme très vite et ça coûte cher." or, avec 1 300 000 km dans le volant, j'attends encore la panne.
2. " On consomme plus en redémarrant." C'était sans doute vrai quand les voitures étaient munies d'un exhausteur pour redémarrer plus facilement. 
Bien avant l'ordinateur de bord (Si des automobilistes utilisent les informations qu'il délivre, leurs remarques sont les bienvenues.)  ma consommation s'affichait sur un calepin à l'aide de la règle de trois. L'arithmétique est formelle : le gain financier n'est pas négligeable, surtout s'il s'agit de boucler les fins de mois. Quand on voit que les miettes lâchées à certains gilets jaunes démotivent la lutte, il y a de quoi être perplexe, non ? Mais dans nos manifs de retraités, c'est bien plus triste encore.

Les auteurs de ces avis publiés sur tous les forums, n'ont sans doute fait aucun calcul, en tous cas, ils se gardent bien de les produire. Ne sont-ce pas les mêmes qui travaillent gratuitement pour Enedis, en faisant la promotion du Linky ?

Sur la Toile, les sites qui abordent cette question la posent toujours ainsi :"Est-il utile de couper...?"  Etonnamment, aucun ne propose de relever bêtement le calcul de l'ordinateur de bord dans la situation de conduite habituelle puis de refaire ce relevé en coupant le moteur à chaque arrêt. non, pas seulement aux feux : à chaque arrêt. La comparaison du résultat donne la réponse.

Encore faut-il être capable de changer de comportement le temps d'un plein... Et rarissimes sont mes proches, automobilistes, qui s'y essaient ... La pression de l'habitude est très forte ; et la pression sociale aussi. Bref, pas facile de se déconditionner. Brassens l'avait chanté : "Les braves gens n'aiment pas que..."

Même Consoglobe donne dans l'incohérence : aucune allusion, au silence et à la qualité de l'air.

Couper son moteur pour tout arrêt de plus d’1 minute
https://www.consoglobe.com/couper-moteur-arret-cg

Chez Consoglobe, on sait donc prévoir la durée d'un arrêt ? Bravo !  Je n'ai pas trouvé les calculs de Consoglobe.

L'ADEME dit 20 secondes. 


" couper le moteur dès que l’on s’arrête plus de 20 secondes. L’arrêt/redémarrage du véhicule est plus économe que de laisser tourner le moteur au-delà de 20 secondes ; "

Donc, soit je coupe, soit je ne coupe pas. Avis aux conseillers en maîtrise de soi, en développement de la volonté. Au début, il est très difficile d'aller contre le comportement qui nou

Comme démontré plus haut, couper est en effet rentable de suite pour les trois critères cités. Mais cela suppose de se déconditionner de la religion de l'illimité. Cela suppose de prendre conscience de sa propre liberté de ne pas polluer, et surtout peut-être, cela suppose de vaincre la pression sociale : tout le monde ou presque laisse tourner, alors vos passagers vont peut-être s'étonner. Ne pas pas faire comme tout le monde, ne pas "être Charlie" c'est déjà faire montre d'un comportement déviant... dans une société où le visage de la dictature est quai-invisible...

Même des sites comme Turbo D continuent de diffuser des contre-vérités :
https://www.turbo.fr/conseils/en-hiver-faut-il-laisser-tourner-le-moteur-de-sa-voiture-avant-de-partir-48092

Et par temps froid, il est encore plus important qu'en été de ne pas emballer le compte-tours pendant 5 minutes. Polluer à l'arrêt (les voisins adorent le bruit et l'odeur) c'est inexcusable. En revanche, démarrer immédiatement en douceur et laisser le compte-tours en dessous de 1500..

Qui veut aller loin, préserve sa monture...


Date de création : 18/12/2018 09:09
Dernière modification : 08/02/2019 17:01
Catégorie : Energie -
Page lue 281 fois

Vous êtes ici :   Accueil » prix des carburants automobiles
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...

Webmaster - Infos